INFORMATIONS: article_situation2

     L’archimandrite Siluane n’a accepté aucune concession. La presse l’a accusé de stupidité et incapable du moindre compromis. 
Conformément à la Loi ukrainienne relative à la protection  de l’héritage culturel du 8.06.2000 et son art .25 :«les personnes  juridiques et physiques sont engagés à assurer l’intégrité des monuments sur les terres qu’ils exploitent ».
     Conformément au code Foncier de l’Ukraine :
les art.95 l’usufruitier d’une terre a le droit de construire des maisons d’habitation, d’autres structures industrielles et autres constructions » ;
L’art.125 : « l’usufruitier d’une terre est engagé à clôturer son terrain ».
Le 1.11.2006 le monastère de Sainte Dormition, en vertu de la conclusion d’un rapport sur la possibilité de la construction de l’enceinte du monastère n°427 le 29.08.2005 de la filiale de Crimée de l’institut de l’Archéologie de l’Académie des Sciences Nationales de l’Ukraine (Réf.n°140) s’adressé   officiellement à M. KRETOV, représentant de la municipalité de Bakhchisaraï afin d’obtenir l’autorisation de réaliser une étude de faisabilité d’une enceinte entourant l’ensemble du territoire de la chartreuse.
     Copie de la conclusion du rapport susmentionné a été transmis au parc de réserve naturelle de l’histoire et de la culture de Bakhchisaraï  pour avis.
     Au même moment dans les media commençait une campagne de calomnie dirigée contre le monastère. Ainsi le 09.11.2006 sur le site Zigabiznessinform est paru un article intitulé  « En Crimée se prépare un conflit autour des monuments architecturaux ». Le 18.11.2006 dans le numéro 218 du journal  « Le Courrier du gouvernement » est paru un article d’Alexandre KULIK : « Conflit à cause d’un désaccord ».
     Le représentant du Président de l’Ukraine en République autonome de Crimée M. MOSKAL  Guennady a déclaré que l’act de possession de la terre du monastère n’est pas valable parce que le musée de la réserve naturelle possède des documents de propriété du même terrain datant de 1960. Pour cette raison le parquet a fait intervenir le procureur.
     En réalité la réserve naturelle a produit la photocopie de l’Act d’Etat habilement falsifiée où le cachet est illisible. Mais un examen attentionné du document prouve que cet act concerne le musée des villes de grotte qui n’existe plus depuis 5 ans.
     Reste le fait de la falsification grossière. Cependant cela n’intéresse personne. Comme le fait que le procureur ne se prononce pas n’interesse non plus personne. De plus l’opinion est activement manipulée :des

retour 2 suivante



La Laure de Crimée ©2007-2014


webmaster