HISTOIRE: discription 10

Sur la place devant le temple de la Sainte Dormition se trouve un campanile avec une grande cloche qui pèse de 58 pouds (1 poud = 16,38 kg).
          b) Le temple du Saint Apôtre et Evangéliste Marc. Ce temple a été taillé dans la grotte en-dessous du temple de la Dormition en 1859 sous l’archimandrite Nicolaï, grâce au don du fonctionnaire de Simferopol, Marc Aïvazov. Sa fête patronale est célébrée le 25 avril. Au dessus du temple, dans la grotte, se trouvent la sacristie et la bibliothèque du monastère.
          c) Le temple des Saints Empereurs Egaux-aux-Apôtres Constantin le Grand et sa mère Hélène, bâti sous la grotte, sous le même archimandrite Nicolaï, en 1857, grâce à l’empressement et à la rare dévotion de la jeune fille de l’accesseur collégial, Elizabeth Berkova. Non loin de l’église reposent la dépouille de la bâtisseuse Berkova, décédée en 1878. Cette bienfaitrice a également fait don d’une hôtellerie à Simferopol. On y trouve l’église de la Présentation de la Sainte Vierge Marie ; l’office divin y est célébré tous les jours. Sa fête patronale est fixée au 21 novembre.
          d) L’église de Saint Georges dont la fête patronale est célébrée le 23 avril. A côté de cette église il y a deux cimetières : un civil et un militaire. Dans le cimetière militaire sont enterrés des généraux et d’autres personnalités illustres qui ont donné leur vie à Dieu et à la Patrie pendant la guerre de Crimée en 1853-56.
         e) En 1896, sous l’archimandrite Isidore et grâce aux dons de l’archevêque de Tavrida et de Simferopol, Martinien, sur la place moyenne du monastère, une cinquième petite église a été construite. Elle porte le nom du premier hiérarque d’Irkoutsk, Innokenti, que l’archevêque de Khersson et de Tavrida, Innokenti, vénérait particulièrement en tant que patron homonyme. Cette église est censée remercier et perpétuer la mémoire de l’illustre hiérarque russe et grand homme, le défunt archevêque de Khersson et de Tavrida, Innokenti, pour ses dons et la sollicitude employée dans la construction des églises de Dieu à Tavrida, et surtout pour la restauration des monastères.

         B. LES BATIMENTS DU MONASTERE

         La première place sera sans doute accordée à la maison du Père Abbé, construite sur la place moyenne du monastère sous l’archimandrite Nicolas en 1862. A la même époque a été terminé le bâtiment en pierre sur deux nivaux, contenant une salle à manger pour les frères, une cuisine avec un fournil et six cellules pour les moines.

retour 10 suivante



La Laure de Crimée ©2007-2014


webmaster