HISTOIRE: discription 3

         Les Tatars interprétaient avec une indignation extrême l’exode des chrétiens et murmuraient contre le khan, qui regardait les dispositions russes avec indifférence. Mais le métropolite Ignati, grâce à ses efforts vigilants, aux lettres d’exhortation et aux prêtres envoyés sciemment dans les villages, a obtenu que tous les chrétiens se soient décidés unanimement à quitter pour toujours la Crimée et à déménager sur les territoires russes.
         À cette époque, le monastère de la Dormition de Bakhchisaraï  est de nouveau un point particulièrement important pour les chrétiens de Crimée. Les fils de Pantikopei, Feodossia et Khersones se réunissent au monastère pour la dernière prière à la Très Sainte Mère de Dieu qui les protégeait par son voile pendant plusieurs siècles contre la violence des musulmans.La séparation des Grecs avec les bords chers au cœur de la Тavrida était difficile! Le Métropolite a effectué les prières de remerciement et d'adieu. Après la prière, le Métropolite, les prêtres et tous les chrétiens ici présents ont solennellement levé l'icône miraculeuse de la Mère de Dieu et se sont mis en route, en une longue file, avec les chants et les prières, à travers les montagnes et les plaines, ayant pour toujours quitté les bords chers au cœur, le pays natal  et tout ce qui leur était précieux, pour la Novorussie, où dans les environs de la ville de Marioupol se trouve à présent  la sainte icône sortie du monastère de la Dormition. Cet événement dans l'histoire du monastère de Bakhchisaraï à Tavrida est à l’origine de la fermeture de ce dernier pour un certain temps. En 1781, le prêtre grec Konstantin Spirandi est arrivé d’Antioche au quai Bouiuk-Lokbet. Les chrétiens restés dans la Crimée, ayant appris cela, lui ont demandé de rester chez eux pour servir au monastère de Bakhchisaraï (l'église de Saint Ilia à Bakhchisaraï s'est écroulée avant le départ des Grecs).
          À cette époque, la Crimée était sous la domination de la Russie, des troupes russes étaient présentes à Bakhchisaraï, et le besoin des offices religieux était double. Ce prêtre a accepté de rester chez les Grecs, et jusqu'à 1800, a vécu près de l’église du monastère de la Dormition. Lorsque les Grecs ont construit pour eux un temple dans la ville de Bakhchisaraï, alors Konstantin Spirandi a vécu à Bakhchisaraï jusqu'à sa mort, en  effectuant des services religieux spirituels pour les chrétiens, il a été inhumé sous la roche devant l'église de la Dormition. A partir ce moment commence la rénovation du monastère. Le colonel Totovich, commandant de Bakhchisaraï,  a fait don d’une sainte iconostase, et le gouverneur militaire, le général Kahovsky, a fait faire à ses frais les portes royales, le marguillier M Stefan Kaliga, a élargi le temple de caverne et a arrangé le perron et le balcon.
          En 1800, un temple dédié à Saint Nicolas Thaumaturge a été bâti à Bakhchisaraï et le monastère réorganisé en l'église de cimetière. Il a gardé ce status, rattaché à l'église urbaine synodique et sans son propre personnel de culte, pendant 50 années. Mais la providence Divine ne le laissait pas à cette époque, en manifestant sa présence invisible par la force miraculeuse qui s’étendait au-dessus des malades, qui, avec foi, accouraient au lieu saint. Après le départ du monastère des Grecs avec l'icône miraculeusement apparue, de nouveaux miracles ont commencé à se produire de l'icône de la Dormition de la Mère de Dieu à  l’église de la Dormition. Cette icône a été offerte en 1781 par le commandant (des Serbes) de Bakhchisaraï, le colonel Totovich. De la multitude des miracles produits sous les yeux du starets de Bakhchisaraï l'archiprêtre Konstantin Spirandi, décédé à 80 ans, nous ne mentionnerons que deux particulièrement remarquables.
         Un Grec, originaire d’Anatolie avait un fils de 16 ans avec les bras et les jambes courbées par une maladie grave depuis plusieurs années.
Attristé par la souffrance de son fils, le père a entendu un jour, dans son sommeil, une voix l’appelant aller chercher la guérison au rocher de la Dormition.Ici, après la prière avec un Hymne Acathiste devant l’icône de la Dormition de la Mère de Dieu, après avoir baisé cette icône, le malade a senti une affluence extraordinaire des forces dans tout le corps; cependant, il a été descendu du rocher sur les mains des parents, mais une heure plus tard, lorsqu’on s’est mis en route pour la maison, le malade a soudain étendu les bras et les jambes, a sauté du char, a commencé à courir et à sauter de joie en s'exclamant que la mère de Dieu l'a guéri.

retour 3 suivante