HISTOIRE: discription 7

Dorénavant, en visitant cet endroit, vous pourrez y trouver la prière et l’office divin auusi bien que le mode de vie monastique à l’instar du Saint Mont Athos, non seulement le jour de la fête patronale, comme c’était auparavant, mais tout le long de l’année. Qui de vous n’avait pas entendu parler de ce Mont miraculeux où, jour et nuit, des milliers de bons moines et humbles ermites adressent leurs prières ardentes au Seigneur pour la paix du monde entier ? Dorénavant, dans les confins de notre pays, dans nos montagnes, nous aurons le bonheur de voir l’image de l’ancien Athos !
          Oh, quel majestueux et glorieux avenir pour nos montagnes !
         Je pense voir l’accomplissement de ce qui aujourd’hui est seulement au point de commencer ! Je vois Saint Vladimir visiter en esprit le temple où il a reçu autrefois le baptême de la foi pour lui et pour toute la Russie ! Je vois Saint Stéphane de Souroge trouver un abri pour ses fidèles dans ces vallées qu’il a abreuvées des eaux vivifiantes de la Sainte Doctrine les jours de la lutte contre la vénération des icônes ; je vois les Sept Saints Martyrs de Khersson, presque oubliés aujourd’hui, qui, dans les temples qui leur sont dédiés, se réunissent en esprit avec leurs fidèles pour leur faire un sermon sur l’exemple de leur vie ; je vois les pontifes de Rome Clément et Martin revenir sur les lieux de leurs retraite et travail ascétique et les retrouver non pas dans l’abandon, comme à présent, mais servant d’endroit privilégié pour célébrer l’office divin dans toute sa richesse ; je vois enfin le Disciple et Apôtre qui, le premier, a prononcé le nom du Christ dans nos montagnes et ensuite dans toute la Rusie, et je vois ce nom attribué avec honneur à nos églises !
         Béni soit le Seigneur qui a montré autant de bienveillance à cet endroit dans nos montagnes ! A présent, il nous appartient de cultiver chez nous les fruits de cette divine et vivifiante vigne dont il est dit : « Je suis la vigne, vous êtes les rameaux ».
         Nous tenons à montrer notre reconnaissance envers le Très Pieux Monarque qui n’a pas dédaigné notre prière et a ordonné la reconstruction de ce qui avait été abandonné durant des siècles ! Apportons donc ensemble, mes frères, nos ferventes prières devant le Seigneur, afin que nos bons voeux soient exaucés et nos efforts ne soient pas vains. Car si ce n’est Dieu lui-même qui bâtit ici une maison pour la gloire de son Nom, vains seront nos effo         rts à nous, les bâtisseurs.
Seigneur ! Toi qui vois la profondeur des cœurs et des pensées, Tu vois maintenant notre bonne volonté de restaurer ces lieux saints, répandus dans nos montagnes ! Regarde donc, du haut de Ta Sainte Gloire, et envoie Ta Grâce sur ce lieu et sur tous les lieux qui attendent leur restauration !
         Mère de Dieu, Toi qui as choisi pour demeure le Saint Mont Athos, aies la bienveillance de couvrir nos montagnes de ton voile tout puissant et prends-les sous ta protection maternelle !
         Saints pères et serviteurs du culte, martyrs et croyants, notre terre a été arrosée et consacrée par votre sang et vos larmes, venez à l’aide de notre impuissance, que la Croix du Christ pour laquelle vous avez donné votre vie regagne ici son préstige. Amen ».
         Pour conclure la procession, l’assemblée a chanté de longues années au Très Dévot Souverain Empereur ainsi qu’à l’entière Auguste Maison, au Saint Synode, aux bienfaiteurs du nouveau monastère et à tous les chrétiens orthodoxes.
         Lorsque la cérémonie semblait toucher à sa fin, soudainement, plusieurs personnes vêtues humblement comme des moines sont sorties des rangs des prêtres et se sont prosternées devant l’archiprêtre en demandant la bénédiction pour leurs futurs exploits spirituels.
         En les relevant, l’archevêque leur a adressé un discours particulièrement émouvant et un sermon commençant ainsi : « Par votre nombre et votre humble apparence, mes frères, vous représentez ce petit troupeau auquel notre Sauveur s’adresse dans les Evangiles : « N’aie pas peur, petit troupeau, car votre Père vous a accordés le Royaume ».
         Ensuite, le Monseigneur a donné sa bénédiction aux futurs moines avec l’icône de Saint Mitrophane et la procession a pris fin.

retour 7 suivante



La Laure de Crimée ©2007-2014


webmaster